top of page
330355_edited_edited.jpg

LES POEMES SONORES

Dans ce podcast, nous vous convions à découvrir le format du poème sonore, une fusion poignante de voix unies dans un récit collectif, une symphonie de mémoire qui défie l'oubli et combat l'indifférence.

À travers cette forme d'expression artistique, nous explorons les chapitres les plus sombres de notre passé, du génocide à l'oppression, de la guerre à l'exil. Les poèmes sonores deviennent des actes de résistance, des manifestations de solidarité, des instruments de transformation sociale.

Découvrir les épisodes de cette collection sonore

C'est moi le coquelicot sauvage,
un poème d'Ibrahim Safa pour l'Afghanistan 

L’offensive des talibans en 2021 reste une page sombre dans l'histoire de l'Afghanistan. Cette offensive militaire, marquée par la prise de 228 districts et la capitulation du gouvernement afghan, a abouti à la reprise de Kaboul par les talibans le 15 août 2021, vingt ans après leur expulsion du pouvoir.Un an après la chute de Kaboul, l'Afghanistan demeure plongé dans l'incertitude et la peur. Les talibans ont dissous la commission des droits de l’homme et imposent des restrictions draconiennes, notamment sur les femmes qui se voient contraintes de se couvrir et de s'effacer de l'espace public. Malgré ces événements, l'Afghanistan semble peu à peu disparaître de notre champ de vision, relégué au second plan de l'actualité internationale.

Cependant, il est essentiel de ne pas oublier le peuple afghan et les défis auxquels il est confronté.

Nous devons maintenir vivante la mémoire de ces événements tragiques et ne pas succomber à l'indifférence. Ainsi, sur Memento, nous vous invitons à découvrir un poème poignant d'Ibrahim Safa, intitulé "C’est moi le coquelicot sauvage", lu en persan, la langue officielle et majoritaire de l’Afghanistan, et traduit en français par plusieurs voix. Cette lecture multivoque célèbre la résilience du peuple afghan et nous rappelle l'importance de rester solidaires dans la lutte contre l'oubli et l'indifférence.

Si Seulement,
un poème de Kawe Xusrewi pour le peuple kurde

Le 23 décembre 2022, à Paris, un acte de violence a frappé le siège du Conseil Démocratique Kurde, faisant trois morts et trois blessés. L'assaillant a revendiqué un acte motivé par la haine raciale, déclarant souffrir d'une "haine pathologique envers les étrangers".Ce tragique événement a ramené sous les feux de l'actualité la communauté kurde, souvent méconnue et marginalisée. Les Kurdes, peuple iranien de langue indo-européenne et majoritairement musulman sunnite, comptent entre 30 et 40 millions d'individus, principalement répartis en Turquie, en Iran, en Irak et en Syrie.Malgré leur nombre et leur contribution historique à la région, les Kurdes sont souvent décrits comme un peuple sans État, oublié des pages de l'Histoire. Cet acte de violence à Paris a souligné l'urgence de reconnaître leur histoire, leur culture et leurs luttes.

Afin de rendre hommage à ce peuple kurde, trop souvent oublié, Memento vous invite à découvrir un poème poignant de Kawe Xusrewi, intitulé "Si seulement". Ce poème, lu en kurde par Zafer et traduit en français par plusieurs voix, offre une voie vers la compréhension et la solidarité, dans un monde où la diversité culturelle et la coexistence pacifique sont plus que jamais essentielles.

Un petit conte,
un poème de Subramanya Bharathi pour la mémoire du Juillet Noir 

Le 24 juillet 1983, il y a 40 ans jour pour jour, le Sri Lanka a été le théâtre d'un événement douloureux, connu sous le nom de Juillet Noir. Ces journées sombres font référence aux émeutes violentes anti-tamoules qui ont éclaté à travers le pays, marquant un tournant tragique dans le conflit ethnique entre les communautés cingalaise et tamoule.

Pendant plusieurs jours, des attaques brutales, des incendies criminels et des pillages ont ravagé les quartiers tamouls, semant la terreur parmi les habitants. Des vies ont été perdues, des blessures infligées, et de nombreux Tamouls ont été contraints de fuir leurs foyers pour échapper aux violences.

Aujourd'hui, alors que nous nous remémorons cet événement douloureux, Memento souhaite honorer la mémoire des victimes à travers un poème sonore poignant. Nous vous invitons à découvrir "Un petit conte" de Subramanya Bharathi, récité en tamoul par Akshayaa Dinesh, et traduit en français par une multitude de voix, dans un acte de solidarité et de commémoration.

bottom of page